Les colonnes Morris remplacées d’ici décembre 2019

Les colonnes Morris remplacées d’ici décembre 2019
14 septembre 2019 Tresor & co team
In Architecture & histoire
Toutes les colonnes Morris seront enlevées des rues parisiennes, et remplacées par une version modernisée, construite avec la consultation d’un historien, et écologiques. La nouvelle version reprend un grand nombre d’éléments du premier modèle, né en 1868. Coup d’oeil dans l’histoire de ce symbole parisien et ses différentes version au fil du temps.

Tout a commencé avec quelques photos sur les réseaux sociaux, montrant des colonnes Morris déracinées (« Mme Hildago, est-ce temporaire ? »), puis un article de Télérama, le premier informé de ce qui a réussi à rester secret jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

On vous avoue qu’on aime tellement les anciennes qu’on a conjuré tous les dieux pour trouver des arguments pour justifier le remplacement de colonnes qui  étaient en bon état par un nouveau modèle illuminé qui se tourne sur lui-même et capte le CO2…

Et en même temps, au cours de l’histoire de Paris, il y a eu plusieurs modèles de colonnes Morris, et le nouveau modèle ne démérite pas face à ses prédécesseurs.

D'où viennent les colonnes Morris ?

L’idée d’utiliser des colonnes pour faire de la publicité pour des théâtres est apparue en 1854 à Berlin, pour lutter contre l’affichage sauvage et les graffiti.

Mais même avant cela, à Paris, on collait des affiches sur des colonnes… qui servaient d’urinoirs publics. Deux en un, on pouvait uriner ET lire en même temps ! C’était bien sûr très critiqué, jusqu’à ce que baron Haussmann, le préfet qui a modernisé tout Paris, n’annonce un concours pour de nouvelles colonnes d’affichage, comme celles qu’il avait vues à Berlin.

Les colonnes Morris portent le nom de l’imprimeur Gabriel Morris qui a gagné le concours en 1868. Jusqu’à nos jours, la ville de Paris a conservé presque le même design et n’y autorise que les affiches de théâtre et de cinéma.

Survolez les photos pour découvrir des détails des colonnes Morris depuis 1868 !

Quelle colonne en 2020 ?

Voici donc la version conçue avec le mystérieux historien ! On lui est reconnaissant pour la conservation de la couleur verte (qu’à l’origine Davioud, l’architecte qui, sous Haussmann, a inventé tout le mobilier urbain), de la forme qui est celle des premières colonnes Morris, et, bien sûr, du toit à écailles. On regrette, de notre part, la disparition du blason de Paris (le bateau – cf dernière photo dans la galerie ci-dessus). En revanche, on est fou de joie de trouver des lions (vous savez, repérer des lions dans la rue, c’est l’une de nos petites astuces pour faire avancer les enfants au-delà des premiers signes de fatigue)

Pour (re)voir les anciennes colonnes Morris une dernière fois, découvrir les nouvelles et apprendre l’histoire de la révolution hausmannienne qui leur a donné naissance, on ne peut que vous recommander notre chasse aux trésors autour du parc Monceau. Les chasses à Montmartre et près du Palais-Royal vous font également découvrir des colonnes Morris !

De notre côté, on regrette un petit peu que ce même traitement n’ait pas été réservé aux kiosques à journaux qui, eux aussi, faisaient partie du patrimoine parisien.

Nouveau modèle de la colonne Morris par JC Decaux

Comments (2)

  1. Clémentine 2 mois ago

    Pas encore vu le nouveau modèle, en revanche, la colonne a été déjà enlevée en bas de chez nous, et pareil, on a tout découvert via Télérama ! C’est inacceptable que les parisiens ne soient pas consultés sur ces remplacements… Y a-t-il une pétition, comme il y en a eu pour les kiosques ?

  2. Garance 2 mois ago

    Franchement, ça aurait pu être pire… mais c’est quand même dommage d’enlever ce qui fonctionnait déjà. On a fait la chasse aux trésors du parc Monceau ce week-end (avec l’ancienne colonne !) et on a bien aimé découvrir toutes ces petites choses qu’on ignorait de Paris!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*